Polio : la campagne s’étend à tout le pays

 
 (photo credit:)
(photo credit: )

30 000 enfants ont été vaccinés lors de la première journée de l’opération nationale.


Un succès. En dépit du scepticisme de certains parents et de lafranche opposition d’une poignée d’association et de militants, près de 30 000enfants étaient d’ores et déjà vaccinés dimanche 18 août, alors que la campagnenationale contre la poliomyélite s’étendait à tout le pays. L’opération doitdurer 3 mois. Objectif : vacciner tous les enfants israéliens nés après le 1erjanvier 2004. Ce vaccin oral atténué (deux gouttes) est destiné aux bambins quiont déjà été immunisés contre la maladie. Cette campagne nationale s’ouvreaprès la vaccination de quelque 100 000 enfants de la région sud.

Au total, l’opération concernera 1 million de petits Israéliens. Elle a étédécidée par le ministère de la Santé alors que 42 personnes (soit 4,4 % del’ensemble de la population test) ont été identifiées comme porteuses du virus,qui a également été retrouvé dans des eaux d’égouts au printemps dernier lorsd’examen dernier. Selon les experts, il aurait pénétré en Israël via le désertdu Sinaï. Fort heureusement, aucun des porteurs n’a contracté la maladieparalysante.

Les enfants qui ont reçu les injections de vaccin depuis leurs 2 mois(vaccination standard) sont protégés contre la maladie. Mais ils peuventtransmettre le poliovirus sauvage à l’entourage via leurs selles. Le ministèreinsiste donc : les deux gouttes de vaccin atténué doivent impérativement êtreadministrées à tous les enfants, afin que les petits qui ne sont pas immunisésou les adultes qui n’ont pas reçu de rappels et souffrent de maladie chroniqueaffaiblissant le système immunitaire ne soient pas contaminés.

Dimanche matin, de longues files d’attente s’étaient formées devant certainescliniques de la région centre. Les enfants en âge d’être scolarisés recevrontle vaccin à l’école, à compter de la rentrée des classes, la semaine prochaine.Le ministère rappelle aux parents de se munir du carnet de santé pour l’arrivéeen clinique.

« Le ministère nous cache quelque chose » 

L’opération est soutenue parl’Organisation mondiale de santé (OMS) et diverses entreprises médicalesisraéliennes. Ce qui n’a pas empêché un groupe de militants anti-vaccinrépondant au nom de Izoun Hozer (jeu de mots avec Hissoun Hozer, vaccin derappel) de saisir la Cour suprême contre l’opération qui se déroule dans plusde 1 000 centres de soins au nourrisson (Tipat Halav) et autres cliniques àtravers le pays.

Les opposants reprochent notamment au ministère de ne pas suffisamment informerle public des effets secondaires du vaccin oral et des dangers qu’il représentepour certaines populations à risques. « Il est invraisemblable que l’on diffuseainsi un virus vivant parmi des centaines de milliers d’enfants, seulementparce qu’un petit pourcentage d’entre eux risque de tomber malade », a déclaréle porte-parole d’Izun Hozer, Yaacov Gorman.

« On infeste le pays d’un virus actif. Nous pensons que le ministère nous cachequelque chose. Il n’y a que le tiers-monde pour vacciner de la sorte ». Réponsedu ministère de la Santé : « Israël est un Etat démocratique au sein duqueltout citoyen est en droit de saisir la justice. Les médecins du ministère ontdécidé d’enrayer la poliomyélite et de protéger la santé publique ».

Et d’ajouter : « Nous sommes convaincus que la Cour sera persuadée del’importance et de la nécessité de vacciner tous les enfants de moins de 10 ans». Pour renforcer le message, l’un des experts du ministère s’est prêté au jeudes images en accompagnant ses petites-filles se faire vacciner, sous l’œil descaméras.

Et pour vaincre les dernières résistances, le ministère a rappelé que plus de2,5 milliards de personnes ont reçu ce vaccin sous forme de gouttes dans lemonde jusqu’à présent et qu’il était généralement très bien assimilé.

Il y a 25 ans, tous les Israéliens âgés de moins de 40 ans ont été invités à sefaire vacciner contre la polio, lorsque 16 citoyens, dont des adultes, ontcontracté la forme paralysante de la maladie. A l’époque, l’initiative avaitété très bien suivie et n’avait pas suscité le même débat publicqu’aujourd’hui.

Le ministère a en outre appelé l’ensemble de la population à se laver les mainsà l’eau et au savon en sortant des toilettes, après avoir changé un bébé etavant de se mettre à table. Quant aux couches sales, elles doivent être jetéesdirectement dans les bennes à ordures et non laissées dans des sacs-poubelles.